Lille: Déclaration DP du 30 juin 2011

Monsieur le Directeur,

La souffrance au travail se généralise à tous les niveaux de l’entreprise. Employés, managers, cadres tous sont frappés. Les causes nous en sont maintenant connues, au premier titre desquelles les refontes répétées des organisations, les destructions d’emplois et la remise en cause des collectifs de travail.

S’ensuit la dégradation des conditions de production : manque de moyens, pression sur les résultats, recherche effrénée de productivité, travail isolé. D’où l’intensification du travail avec l’ouverture de plus en plus de dimanches et jours fériés, le manque de personnel et des situations qui ne permettent pas de réaliser un travail de qualité avec, par ailleurs des objectifs irréalistes obéissant à la seule logique gestion/finance.

A cela s’ajoute la mise en place d’outil de gestion de management qui a contribué à la détérioration du climat social et de nos conditions de travail. Des méthodes de management qui créent des obstacles supplémentaires à tous les niveaux et qui ignorent les difficultés rencontrées au quotidien. L’ensemble est couronné par une ambiance générale de renoncement. La perte de sens au travail participe activement au développement de la souffrance. La réduction des effectifs, les bornes automatiques rendent l’accès au canal de distribution de plus en plus aléatoire.

En effet, les clients doivent s’armer de patience pour être mis en relation avec un vendeur.

La situation de mal être au travail est directement liés aux invectives que subissent au quotidien le personnel par des clients excédés devant les files d’attentes. C’est dans le service clients qu’on enregistre d’ailleurs le plus grand nombre de collègues en arrêt maladie. Le travail devrait permettre de construire sa vie personnelle, celle de sa famille, de participer au développement de la société.

La FNAC crée une situation de pénurie des points de ventes humanisés pour ne plus laisser d’autres choix aux clients qu’entre internet et en finalité aux bornes automatiques. Parallèlement, un arsenal de moyens est déployé pour renforcer cette tendance, tels que des tarifs attractifs uniquement sur internet.

La CGT partage l’idée qu’une évolution des outils systèmes est indispensable. Toutefois, le progrès technique ne doit pas servir à casser l’emploi et le choix doit être laissé à la clientèle. De nouveaux besoins apparaissent chez les clients en lien avec la nouvelle technologie et les évolutions. Mais n’oublions pas que bon nombre d’autre service attendus par les clients sont négligés.

La CGT a remonté à plusieurs reprises (déclaration 30/09/2010 et 24/02/2011) les difficultés vécues par les collègues et l’arrivée prochainement de l’opérateur SFR dans la FNAC. Nous n’avons eu de cesse d’alerter la direction sur de nombreux cas de souffrance au travail du fait des stratégies mise en œuvre par la Direction. Force est de constater que nous nous heurtons à un dialogue de sourds.

Sur les conditions de travail et la souffrance au travail : le discours de la Direction est bien rodé, on évite d’évoquer les causes (réorganisations, effectifs insuffisants, surcharge de travail pressions…) liées à la stratégie de l’entreprise pour n’aborder que l’action sur les effets (groupe de travail, atelier réflexion) : Il ne suffit pas de changer de direction RH et de créer récemment une commission alibi sur les RPS pour régler les problèmes.

La CGT demande encore une fois à la direction une expertise par un cabinet indépendant et le CHSCT sur la santé des salariés de la Fnac de LILLE. Les RPS recouvrent de multiples facettes et portent atteinte à l’intégrité physique et mentale des salariés dont vous êtes responsable.

Ils peuvent parfois aboutir au geste ultime qu’est le suicide. ..

BIEN TRAVAILLER POUR ÊTRE BIEN AU TRAVAIL”