PSE, les suites judiciaires….

Le CCE de la Fnac Relais avait assigné la direction de la Fnac devant le TGI de Créteil pour faire valoir diverses demandes dont des compléments d’informations relatifs aux investissements prévus, au calendrier des déploiements des magasins et des univers et notamment  de l’évaluation de l’intégralité des « transferts de charges » sur les salariés restants après le PSE.

 

Ce dernier élément devant permettre de mesurer au plus près les conséquences en matière de charge de travail et aussi de potentiels RPS, des expertises menées par certains CHSCT en ayant déjà soulevé les risques.

 

La décision est tombée, la Fnac est condamnée : à fournir ces éléments au CCE et suspend le PSE dans cette attente, mais aussi à lui payer 1000 euros au titre de l’Art 700 du Code de Procédure Civile et aux dépens, ce qui confirme qu’elle est bien la partie perdante au procès.

 

Et la com…

 

Pour ceux qui fréquentent l’intranet de la Fnac, la direction propose une lecture très différente de la décision qui vient d’être rendue contre elle.

 

On y vit dans un monde parallèle !

 

Elle y considère que son insuccès est une victoire, et se félicite que le CCE soit débouté d’une demande de nullité du PSE qui n’avait pas été demandée !

 

Alors même que les attendus ne laissent planer aucun doute, l’important c’est d’affirmer et d’être content.

Peut être pour s’auto-convaincre ?

 

Le service communication qui alimente le site est visé par la réorganisation, on attend avec impatience les prochaines « hallucinations ».